Ces dernières années, le tourisme éthique connaît un essor considérable. Kevin Rivaton est un expert reconnu dans ce domaine. Il est d’ailleurs Consultant en Ingénierie touristique et culturelle. Né le 30 août 1982 au Liban dans une famille de deux enfants, il se passionne pour le tourisme à travers les récits de sa mère.

Des études orientées vers le tourisme

La famille Rivaton a vécu au Liban avant de déménager en France en 1992. Kevin Rivaton obtient son bac ES en économie au lycée de Vincennes. Il cherche ensuite à intégrer la prestigieuse école de commerce de Toulouse afin d’y préparer une licence en Économie et Gestion. Pour cela, il passe et réussit aux concours ACCES et SESAME. Après avoir terminé le cursus universitaire de trois ans, c’est tout naturellement qu’il s’oriente vers le secteur du tourisme. Dans cette optique, il décroche son Master en Science internationale du Tourisme, Marketing et Management deux ans plus tard. Justement, au cours de sa dernière année d’étude, il part à la découverte du Pérou, du Venezuela et de la Colombie avec un ami. Et ce, dans le cadre d’un échange universitaire.

Plongeon dans l’univers du tourisme professionnel

De retour de voyage, Kevin Rivaton va immédiatement intégrer Marinat Voyage, un cabinet de consulting en tourisme basé à Paris. Cette première expérience professionnelle va durer deux ans et lui permettre de découvrir le monde professionnel lié au tourisme. Il entre ensuite au cabinet Opodo afin de continuer à fourbir ses armes. Il va y rester six années, avec toujours pour objectif de voler de ses propres ailes. Son travail lui permet d’ailleurs de collaborer étroitement avec des géants du secteur. On parle notamment de PMU, Havas Voyage, Euro Disney, Club Med, Accor, la Société du Louvre, Pierre et Vacances, Sodexho, etc.

Le tourisme éthique, son cheval de bataille

Tout au long de sa carrière dans ces grandes entreprises, Kevin Rivaton n’a cessé de promouvoir le tourisme éthique et de défendre le développement durable auprès de ses clients. Dans ce cadre, il invite ces derniers à associer tourisme avec écologie, et à respecter les lieux touristiques qu’ils visitent. En effet, il est convaincu que le tourisme de masse contribue à la dégradation de la planète. Il est plutôt adepte du tourisme de niche qui inclut la préservation de tout nouveau site découvert et le respect de dame nature. Maintenant qu’il est devenu consultant en ingénierie touristique et culturelle, il continue de lancer ses idées et s’efforce de convaincre le maximum de personnes de partager ces valeurs.

Vie familiale et passion

Il est aujourd’hui marié et père d’un garçon et d’une fille. Avec sa petite famille, il vit dans le 19e arrondissement de Paris, à Bellevue. Pour sa lune de miel en 2011, il a emmené sa femme en Argentine. En 2013, c’est en famille qu’il passe ses vacances au Liban, terre de ses ancêtres. Depuis, tous les ans, la petite famille séjourne au pays des cèdres pendant les vacances d’été. Outre Tyr aves ses belles plages de sable blanc et Beyrouth, les randonnées au Mont-Liban constituent les points forts de ses vacances au Liban. Par ailleurs, il adore faire du vélo. En plus de faire du sport, cela permet, selon lui, de découvrir des endroits d’une autre manière. D’ailleurs, son amour de la petite reine l’a déjà conduit à faire le tour du Moyen-Orient à vélo en 2009 en compagnie de son meilleur ami. Cela coïncide justement avec l’idée du tourisme éthique qu’il prône partout où il passe.

Brassage interculturel

Notons qu’il possède à la fois la nationalité libanaise et française. D’ailleurs, l’arabe est la deuxième langue parlée par sa famille à la maison. En effet, il souhaite que ses enfants baignent dans un environnement multiculturel. Il faut avouer qu’il a été profondément marqué par les attaques racistes contre la communauté musulmane et les vagues de violence qui ont fait suite des attentats du 11 septembre 2001. C’est pour cela qu’il a nourri de grands espoirs concernant le projet Euromed prôné par Nicolas Sarkozy en 1995. Le consultant a vu dans ce projet la possibilité d’un développement rapide et heureux par le biais de l’accroissement des échanges entre les pays méditerranéens. Même s’il n’a pas été mené à son terme, le consultant reste convaincu que ce genre d’initiative ne peut que faciliter le tourisme entre les deux rivages de la Méditerranée.

 

Author

Écrire Un Commentaire